Charpentier : en quoi consiste son métier ?

    Un charpentier à l'oeuvre

    Charpentier : Un métier 3-en-1 !

    Le charpentier travaille le bois pour constituer l’ossature qui supportera la toiture d'une construction couverte. Un métier passionnant qui passe par trois étapes que sont la conception, la fabrication en atelier, et la pose. Une pratique également noble de par, notamment, l'habileté et la précision qu'elle requiert.

    Un travail méticuleux

    Le métier de charpentier ne se cantonne pas uniquement à réaliser des fermes, voliges, arbalétriers, et autres chevrons d’arêtier. Il détient l’art de concevoir des planchers, des étaiements, ou encore des escaliers.

    En plus du traçage des plans sur papier, les nouvelles avancées technologiques lui permettent désormais d’effectuer des calculs informatiques et d’utiliser le dessin assisté sur ordinateur (DAO) pour mieux concevoir ces plans de réalisation.
    Cette étape de bureau franchie, il lui faut choisir l’essence adéquate à son projet en tenant compte de divers facteurs tels que les qualités du bois, ou encore, sa densité.

    Et c’est dans l’atelier que son ouvrage se concrétise réellement. Une étape cruciale qui place le charpentier en contact direct avec son matériau de prédilection : le bois !
    Entre ses mains, ce matériau naturel prend forme avec finesse, car l’ensemble des pièces devra parfaitement s’imbriquer.

    Des formations et des diplômes

    Si le travail de base du charpentier consiste principalement à travailler avec le bois, les délais de livraison et la charge de commandes lui imposent l’usage de machines-outil.
    Lorsque l’artisan maîtrise le réglage et l’utilisation de ces appareils performants, sa tâche lui est grandement simplifiée, ce qui lui permet de gagner un temps précieux.

    La réglementation thermique imposée aux maisons d’habitation, et autre construction chauffée, ouvre de nouveaux horizons au charpentier qui doit tenir compte de l’étanchéité et de l’isolation, tout autant que de l’acoustique et des risques sismiques.

    La formation au métier de charpentier passe par différents niveaux d’apprentissage des connaissances et de la pratique, du CAP à la licence pro/gestion des entreprises de la filière bois, en passant par un brevet, des bac pro et BTS.

    Création mais aussi restauration

    Hormis créer de toute pièce une charpente sur une construction neuve, le charpentier est en mesure d’établir, sur une charpente ancienne, un diagnostic et de prévoir un plan de restauration.
    L’artisan est capable d’évaluer l’ampleur des dégâts causés par le temps et t’établir un devis de réfection si besoin.

    Ce professionnel spécialiste du bois est capable de prendre les décisions en tenant compte de l’âge de l’ossature bois et de définir les techniques à utiliser. Sur une charpente centenaire, notamment, il travaillera selon des savoirs-faire ancestraux, et d’autant plus s’il est prévu que cette dernière demeure apparente.

    Exercer en qualité de charpentier, c’est aussi savoir entretenir cette partie de la sous-toiture. Il connaît les normes en vigueur et les possibles infestations par les insectes qu’il sait traiter.

    Laisser un commentaire